Processus synodal – Phase diocésaine

Synode des évêques : “Pour une Église synodale : communion, participation et mission”

Nous sommes invités à un processus synodal, c’est-à-dire à cheminer ensemble (puisque synode signifie chemin commun). Ce processus implique l’Église dans le monde entier, avec une phase romaine (Synode des évêques 2023) et nous entrons dans une première phase qui touche chaque diocèse.

Cheminer implique un mouvement : nous ne partons pas du principe que maintenant tout est parfait qu’il n’y a qu’à continuer. Depuis le début de son pontificat, le pape nous répète que le principe pastoral le plus mortifère est On a toujours fait comme ça. Certes il ne s’agit pas de refaire la foi, comme si un ange pouvait venir nous apporter un autre évangile que celui que nous avons reçu (cf. Galates 1,8). C’est la même Église de Jésus-Christ qui chemine en demandant au Saint Esprit de l’éclairer.

Cheminer ensemble : avec qui ? C’est une question à nous poser, en nous rappelant du point fondamental : nous sommes chrétiens – du Christ – donc nous cheminons d’abord avec le Christ. Nous le faisons à la lumière du Saint Esprit qui crie en nos cœurs « Abba, Père » (cf. Galates 4,6) et sans lequel nous pourrions dire que le Christ est Seigneur (cf. 1 Corinthiens 12,3). Le chemin commence et il continue par la prière, et la lecture de la Parole de Dieu. Nous le faisons ensemble en nous écoutant mutuellement et en discernant les questions implicites et explicites de notre société, avec une attention particulière aux personnes qui ne pensent pas pouvoir recevoir quelque chose de nous.

L’objet immédiat de ce processus est la synodalité. On me demande si c’est une réflexion centrée sur nous-mêmes. Pas vraiment, mais aussi. Il s’agit de percevoir ce qu’est l’Église : notre baptême fait-il de nous des membres actifs dans la transmission « don de Dieu » (Jean 4,10) ? De nouvelles questions ont toujours permis à l’Église de mieux expliciter sa foi et son espérance. Nous sommes maintenant dans une époque de bouleversements et incertitudes, où les jeunes se demandent s’ils ont un avenir : comment leur communiquer notre espérance, la joie de la Bonne Nouvelle ? Cela arrive alors que nous sommes confrontés à nos questions internes, notamment à des scandales de grande ampleur que les responsables – comme moi – ne savent comment aborder avec vérité, empathie et efficacité (quant au traitement des causes).

Dans le processus demandé par le pape, la phase diocésaine commence le 17 octobre 2021. Cette phase sera brève, mais elle n’est pas un aboutissement. J’invite donc les Unités pastorales, les communautés religieuses (en elles-mêmes ou dans les Unités pastorales), les mouvements, services d’Église (aumôneries…) à entrer dans ce chemin d’écoute et de discernement selon les indications que vous donne le document joint à cette lettre. Cette consultation prendra des formes adaptées aux situations locales.

Déjà merci au Saint Esprit de nous unir et de nous guider, et à vous de l’écouter ensemble et de vous écouter mutuellement. Ce processus mondial est aussi local : nous avons grand besoin de notre soutien mutuel, merci à vous aussi dès maintenant !

+ Charles Morerod

Annexe ment.

(Version PDF de la communication)

Concert « Vers la lumière »

L’Église catholique romaine à Genève et la paroisse du Sacré-Cœur s’unissent pour faire renaître l’église du Sacré-Cœur, ravagée par un incendie en 2018.

Ce bâtiment symbolique deviendra une Maison Église au cœur de Genève. Pour soutenir ce projet d’envergure, l’Orchestre de Chambre de Genève et l’Église Catholique Romaine-Genève vous proposent d’assister à un concert de soutien le 4 novembre 2021, à 20h, au Victoria Hall de Genève en présence de Mgr Charles Morerod, Évêque de Lausanne, Genève et Fribourg. 

L’intégralité des recettes et des dons réalisés lors de cette soirée sera en faveur de l’aménagement intérieur de la Maison d’Église à Genève. Plus d’info, programme, billets

Match aux cartes : l’Évêché s’est incliné face au Conseil d’État fribourgeois

Vendredi soir, 1er octobre, le Conseil d’État fribourgeois, avec l’appui du Président de la Confédération, M. Guy Parmelin, a vaincu au jass l’Évêché de Fribourg sur le score de 6 à 3.

Bien qu’en ses murs, l’équipe de l’Évêché1, représentée entre autres par l’évêque, Mgr Morerod et son auxiliaire, Mgr de Raemy – a dû s’incliner face à l’équipe du Conseil d’État2 – représentée entre autres par M. Guy Parmelin, Président de la Confédération, M. Jean-François Steiert, Président du Conseil d’État fribourgeois, et M. Georges Godel, Conseiller d’État.

En guise de prix, les membres de l’équipe gagnante ont reçu des « Bières de l’évêque » : la Jeanne Dark et l’Etole des Neiges, cuvées fraîchement inaugurées (dont une part des bénéfices est destinée à des œuvres caritatives).

Cette rencontre ludique, née en 2014 sur l’initiative de Mgr Charles Morerod, est destinée à commémorer les 400 ans d’une Convention conclue entre le Gouvernement fribourgeois et l’évêque d’alors. Accord qui a permis l’établissement de ce dernier à Fribourg. Elle est aussi l’occasion de souligner les bonnes relations entre les deux instances civile et religieuse.

Le Service diocésain de la communication

Annexe :

1 Composition de l’équipe de l’Évêché :

  • Mgr Charles Morerod, Évêque de Lausanne, Genève et Fribourg
  • Mgr Alain de Raemy, Évêque auxiliaire
  • Mgr Bernard Sonney, Vicaire général
  • Xavier Hemmer, Secrétaire général
  • Jean-Baptiste Henry de Diesbach, Président du conseil d’administration du diocèse et cuisinier de la soirée
  • Patrick Mayor, Coordinateur de l’administration ad interim
  • David Chollet, Adjoint du chancelier diocésain
  • Mme Aurelia Pellizzari, Secrétaire de Mgr Morerod ad interim
  • Mme Laure-Christine Grandjean, Responsable de la communication

2 Composition de l’équipe de l’État de Fribourg :

  • Guy Parmelin, Président de la Confédération, Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche
  • Jean-François Steiert, Président, Conseiller d’État, Directeur de l’aménagement, de l’environnement et des constructions
  • Georges Godel, Conseiller d’État, Directeur des finances
  • Mme Danielle Gagnaux-Morel, Chancelière d’État
  • Laurent Yerly, Trésorier d’État
  • Laurent Bernet, Conseiller spécialisé de M. Guy Parmelin
  • Olivier Kämpfen, Secrétaire général à la Direction de la sécurité et de la justice
  • André Magnin, Ingénieur cantonal, Chef du service des ponts et chaussées

(Version PDF du communiqué)

Nomination d’une représentante pour l’écologie

Mgr Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, a nommé Dorothée Thévenaz Gygax, actuelle responsable du secteur Sensibilisation et coopérations chez Action de Carême, en tant que représentante de l’évêque pour l’écologie. Mme Thévenaz Gygax aura pour mission de porter la thématique de l’écologie au niveau du diocèse. Elle recevra son mandat ce soir à 18h15 en l’église Saint-François d’Assise de Renens. Cette nomination fait suite à celles d’autres représentants de l’évêque.

La situation de l’environnement et de la manière dont nous sommes en relation avec le reste de la nature est préoccupante. L’encyclique Laudato Si’ du pape François a montré les dimensions spirituelles et sociales de cette question cruciale. Fort de ce constat, Mgr Morerod a décidé de nommer une personne en charge de la question de l’écologie au sein du diocèse, en la personne de Mme Dorothée Thévenaz Gygax. La mission de cette dernière sera de coordonner les activités et réflexions autour de l’écologie au sein du diocèse, en lien avec un groupe de personnes qui va être institué, ainsi qu’avec des instances extérieures.

Dorothée Thévenaz Gygax en quelques mots

Mère de deux garçons, Dorothée Thévenaz Gygax habite à La Tour-de-Peilz et travaille depuis plus de 17 ans à Action de Carême à Lausanne. Elle a passé son enfance à Attalens, en Veveyse, avant de fréquenter le Collège de Bulle et d’obtenir un master en ethnologie, psychologie sociale et cognitive et géographie à l’Université de Neuchâtel. En 2016, elle complète sa formation par un brevet fédéral de formatrice d’adultes. Les études, les thématiques d’Action de Carême, les voyages sur le terrain avec des organisations partenaires du Sud, son engagement au sein du Laboratoire de transition intérieure l’ont poussée à une réflexion sur sa relation avec le Vivant et cette articulation entre justice sociale et justice climatique. Elle est également engagée dans le projet des Conversations carbone, qui s’adresse à toute personne voulant progresser vers un mode de vie plus sobre en réduisant son empreinte carbone. Enfin, elle est aussi membre du comité de la commission nationale Justice et Paix.

Représentant.e.s de l’évêque

La nomination de Mme Thévenaz Gygax fait suite à une série de nominations de « représentant.e.s de l’évêque », qui tend à une meilleure synergie au sein du diocèse. Ces représentant.e.s, tant territoriaux que thématiques, sont les suivants :

  • pour la région diocésaine de Vaud : M. Michel Racloz
  • pour la région diocésaine de Fribourg (partie francophone) : Mme Céline Ruffieux
  • pour la région diocésaine de Fribourg (partie germanophone) : Mme Marianne Pohl-Henzen
  • pour la région diocésaine de Neuchâtel : M. Romuald Babey
  • pour la vie consacrée : Sr Marie-Emmanuel Minot
  • pour la culture de l’appel, les vocations et la formation des séminaristes: abbé Nicolas Glasson

D’autres nominations devraient avoir lieu dans les prochains mois.

Le Service diocésain de la communication

(Version PDF du communiqué)

Annexes :

Synode 2023

XVI Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques

“Pour une Église synodale : communion, participation et mission”

Phase diocésaine

Nous sommes invités à un processus synodal, c’est-à-dire à cheminer ensemble (puisque synode signifie chemin commun). Ce processus implique l’Église dans le monde entier, avec une phase romaine (Synode des évêques 2023) et nous entrons dans une première phase qui touche chaque diocèse.

Cheminer implique un mouvement : nous ne partons pas du principe que maintenant tout est parfait qu’il n’y a qu’à continuer. Depuis le début de son pontificat, le pape nous répète que le principe pastoral le plus mortifère est On a toujours fait comme ça. Certes il ne s’agit pas de refaire la foi, comme si un ange pouvait venir nous apporter un autre évangile que celui que nous avons reçu (cf. Galates 1,8). C’est la même Église de Jésus-Christ qui chemine en demandant au Saint Esprit de l’éclairer.

Cheminer ensemble : avec qui ? C’est une question à nous poser, en nous rappelant du point fondamental : nous sommes chrétiens – du Christ – donc nous cheminons d’abord avec le Christ. Nous le faisons à la lumière du Saint Esprit qui crie en nos cœurs « Abba, Père » (cf. Galates 4,6) et sans lequel nous pourrions dire que le Christ est Seigneur (cf. 1 Corinthiens 12,3). Le chemin commence et il continue par la prière, et la lecture de la Parole de Dieu. Nous le faisons ensemble en nous écoutant mutuellement et en discernant les questions implicites et explicites de notre société, avec une attention particulière aux personnes qui ne pensent pas pouvoir recevoir quelque chose de nous.

L’objet immédiat de ce processus est la synodalité. On me demande si c’est une réflexion centrée sur nous-mêmes. Pas vraiment, mais aussi. Il s’agit de percevoir ce qu’est l’Église : notre baptême fait-il de nous des membres actifs dans la transmission « don de Dieu » (Jean 4,10) ? De nouvelles questions ont toujours permis à l’Église de mieux expliciter sa foi et son espérance. Nous sommes maintenant dans une époque de bouleversements et incertitudes, où les jeunes se demandent s’ils ont un avenir : comment leur communiquer notre espérance, la joie de la Bonne Nouvelle ? Cela arrive alors que nous sommes confrontés à nos questions internes, notamment à des scandales de grande ampleur que les responsables – comme moi – ne savent comment aborder avec vérité, empathie et efficacité (quant au traitement des causes).

Dans le processus demandé par le pape, la phase diocésaine commence le 17 octobre 2021. Cette phase sera brève, mais elle n’est pas un aboutissement. J’invite donc les Unités pastorales, les communautés religieuses (en elles-mêmes ou dans les Unités pastorales), les mouvements, services d’Église (aumôneries…) à entrer dans ce chemin d’écoute et de discernement selon les indications que vous donne le document joint à cette lettre. Cette consultation prendra des formes adaptées aux situations locales.

Déjà merci au Saint Esprit de nous unir et de nous guider, et à vous de l’écouter ensemble et de vous écouter mutuellement. Ce processus mondial est aussi local : nous avons grand besoin de notre soutien mutuel, merci à vous aussi dès maintenant !

+ Charles Morerod

Annexe ment.

(Version PDF de la communication)

Précisions liées à l’utilisation du certificat Covid (suite)

Suite à la modification des directives sanitaires de la Conférence des évêques (CES) le 23 septembre et pour répondre à différentes questions qui nous sont parvenues concernant les nouvelles dispositions fédérales sur le certificat-Covid, nous vous fournissons quelques précisions et rappels.

La Conférence des évêques suisses redit que lors de toute célébration religieuse pour laquelle un certificat-Covid est nécessaire, les prêtres et autres intervenants liturgiques doivent également présenter un certificat-Covid valable.

Célébrations religieuses à l’intérieur avec moins de 50 personnes

L’accès n’est pas limité aux personnes en possession d’un certificat COVID valable.

Les mesures en vigueur sont les suivantes et s’appliquent à toute personne présente (y compris les détenteurs d’un certificat COVID) : désinfection des mains, collecte de coordonnées, port du masque, distance de 1.5m, 2/3 de la capacité des lieux et aération des lieux).

Nous vous rappelons que les célébrants et tout autre intervenant, ainsi que les enfants de tout âge sont inclus dans les 50 personnes.

Célébrations religieuses à l’intérieur avec plus de 50 personnes

Tout participant âgé de 16 ans et plus doit disposer d’un certificat-Covid valable. Les célébrants et tout intervenant doivent également présenter un certificat-Covid valable (qui atteste donc un vaccin, un test valable ou une guérison du Covid depuis moins de 6 mois). Cette décision, déjà communiquée dans notre foire aux questions, nous a été rappelée par la Conférence des évêques suisses.[1]

Les mesures en vigueur sont : vérification du certificat COVID, désinfection des mains, aération des lieux.

Les autres mesures, port du masque, distanciation, ainsi que la collecte des coordonnées, tombent.

Autres événements sans certificat jusqu’à 50 personnes

Outre les messes, bénéficient de la dérogation de la limite jusqu’à 50 personnes sans certificat-Covid les célébrations de mariages, funérailles, baptêmes, etc. qui se déroulent sur invitation, ainsi que d’autres événements d’Eglise comme les journées de formation continue ou les retraites spirituelles etc. où « l’axe thématique de l’activité réside dans la relation de l’homme avec le divin ou le transcendant […] et que cet aspect prévaut clairement sur d’autres (éducation, sport, détente, développement personnel) » (cf. Règles à respecter dès le 13.9.2021 pour les célébrations liturgiques et les événements ecclésiaux, CES p. 4).

Dans le canton de Fribourg seulement, les assemblées paroissiales sont assimilées à un événement politique et peuvent donc accueillir jusqu’à 50 personnes sans certificat.

Réunions / rencontres de plus de 30 personnes, en intérieur, avec certificat Covid

Pour toutes les autres manifestations liées à l’Eglise (comme les assemblées de paroisses sur VD, NE et GE) qui rassemblent plus de 30 personnes en intérieur, il est requis que les participants de plus de 16 ans présentent un certificat Covid. Il incombe à l’organisateur de vérifier la validité des certificats. Les collations sont possibles.

Réunions/rencontres jusqu’à 30 personnes, en intérieur, sans certificat Covid

Les mesures suivantes s’appliquent : port du masque, désinfection des mains, 2/3 de la capacité du lieu et collecte des coordonnées. Les collations sont possibles uniquement si des places assises sont attribuées. 

N’hésitez pas à consulter notre foire aux questions ou à contacter notre Cellule diocésaine :

  • Vaud : Michel Racloz : 021 613 23 41
  • Genève : Silvana Bassetti, Mercedes Lopez : 022 319 43 37
  • Fribourg (français) : Véronique Benz, João Carita : 026 426 34 13
  • Fribourg (allemand) : Marianne Pohl-Henzen : 026 426 34 15
  • Neuchâtel : Julia Moreno : 032 720 05 61

La Cellule diocésaine Covid-19

(Version PDF de la communication)

[1]  Les célébrations religieuses sont considérées des manifestations/événements. Dans ce sens, elles ne sont pas un lieu de travail (« Arbeitsort ») mais un lieu de manifestation (« Veranstaltungsort »). Le célébrant – et tout autre intervenant – est soumis aux règles en vigueur dans une manifestation publique, avec assistance. (courriel du 23.09.2021 de la OFSP à la CES)

« Soirée mousse » à l’évêché

Vendredi 24 septembre, dès 17h30 à l’évêché à Fribourg, Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, inaugure la septième et double cuvée de la bière de l’évêque : « Étole des neiges » et « Jeanne Dark ». Cette soirée dégustation et vente est ouverte à toutes et tous, sur présentation du certificat Covid. Une partie des bénéfices sera reversée à deux associations caritatives.

Après l’impossibilité liée aux conditions sanitaires de réunir des gens lors des printemps 2020 et 2021 à l’habituelle inauguration de la « Bière de l’évêque », Mgr Morerod propose une invitation automnale, le vendredi 24 septembre, afin de déguster les bières « Étole des neiges » et « Jeanne Dark ». Ces deux bières, la première Juicy IPA et la seconde Coffee stout, font suite à six autres « Bières de l’évêque » produites depuis 2015.

Brassées à Marin, dans le canton de Neuchâtel, les deux bières verront leur vente profiter à deux associations caritatives. D’une part, l’association Le pèlerin des rues, qui vient en aide, dans le canton de Neuchâtel, aux personnes qui vivent en situation de précarité Et d’autre part, la fondation Holy Trinity Open House, qui soutient des enfants des rues aux Philippines, à Zamboanga City. Chacun des projets sera brièvement présenté durant la partie officielle, à 18h00.

La Bière de l’évêque est mise en vente lors de cette soirée par l’évêché via la société Coussicou SA. Elle est ensuite disponible dès le 27 septembre à l’évêché (rue de Lausanne 86 à Fribourg).

Le principe de la Bière de l’évêque est d’en décliner chaque année une nouvelle cuvée limitée, dont la vente est destinée à des œuvres caritatives.

Le Service diocésain de la communication

Liens :

(Version PDF du communiqué)

Précisions liées à l’utilisation du certificat Covid dès le 13.09.2021

Suite à notre communication du 9 septembre et à la parution du nouveau plan cadre sanitaire de la Conférence des évêques suisses (CES) le 10 septembre, nous vous indiquons les derniers changements liés aux nouvelles mesures sanitaires, qui entrent en vigueur lundi 13 septembre. Le résumé élaboré ci-dessous est général, nous vous invitons dès lors à consulter notre foire aux questions afin d’obtenir les précisions nécessaires sur chaque sujet.

Célébrations religieuses

  • plus de 50 personnes, en intérieur, avec certificat Covid :

Pour les manifestations religieuses (dont les funérailles, mariages, baptêmes, etc.) qui, en intérieur, dépassent 50 personnes, il est exigé un certificat Covid aux participants de plus de 16 ans, du 13 septembre 2021 au 24 janvier 2022. « S’agissant des droits fondamentaux concernés (en particulier la liberté de conscience et de croyance), l’extension de la nécessité de présenter un certificat est à classer comme mesure proportionnée au regard du nombre d’hospitalisations actuellement en forte hausse. »[1] Il incombe à l’organisateur de vérifier la validité des certificats.

  • jusqu’à 50 personnes, en intérieur, sans certificat Covid :

Les mesures s’appliquent avec port du masque, désinfection des mains, 2/3 de la capacité du lieu, et collecte des données. Sont compris dans les 50 personnes tous les enfants et les intervenants (prêtre, sacristain, servant de messe, organiste, etc.). Nous rappelons que même les détenteurs du certificat Covid doivent porter le masque.

  • Recommandations

Dès lors, tout en voyant bien la grande difficulté que cela peut présenter à certains endroits, nous insistons pour que les deux options (célébrations avec et célébrations sans certificat) soient présentes dans chaque Unité pastorale. Nous recommandons aux paroisses d’indiquer dans leur bulletin, dans la presse (page horaire des messes), sur theodia, etc. les célébrations qui sont accessibles avec un certificat et celles qui ne le sont pas. Nous rappelons également que lors d’une célébration religieuse, il n’est pas possible de ne pas exiger le certificat sanitaire aux 50 premiers.ères participant.e.s puis de l’exiger auprès des suivant.e.s, dès la 51e personne. (Cf. FAQ : Peut-on ne pas exiger le certificat sanitaire auprès des 50 premiers participants puis l’exiger auprès des suivants ?)

Rencontres et réunions dans le cadre de l’Eglise

  • plus de 30 personnes, en intérieur, avec certificat Covid :

Pour toutes les autres manifestations liées à l’Eglise (rencontres pastorales, réunions, etc.) qui rassemblent plus de 30 personnes en intérieur, il est requis que les participants de plus de 16 ans présentent un certificat Covid. Il incombe à l’organisateur de vérifier la validité des certificats.

  • jusqu’à 30 personnes, en intérieur, sans certificat Covid :

Les mesures s’appliquent avec port du masque, désinfection des mains, 2/3 de la capacité du lieu, et collecte des données. Pour toute collation, il est possible d’enlever le masque pour autant qu’on soit assis.

Contrôle des certificats sanitaires

Nous sommes conscients de la difficulté d’instaurer de tels dispositifs, tant le contrôle de certificat Covid que la récolte de données et respect du nombre de personnes aux célébrations et manifestations non soumises au certificat Covid. L’application pour contrôler les certificats Covid est « COVID Certificate Check ». Vous trouvez des indications pratiques dans notre foire aux questions ainsi que notamment sur Contrôle du certificat COVID : questions fréquentes.

Nous vous exprimons toute notre reconnaissance pour cet exigeant travail de prévention contre le Covid.

N’hésitez pas à consulter notre foire aux questions ou à contacter notre Cellule diocésaine :

  • Vaud : Michel Racloz : 021 613 23 41
  • Genève : Silvana Bassetti, Mercedes Lopez : 022 319 43 37
  • Fribourg (français) : Véronique Benz, João Carita : 026 426 34 13
  • Fribourg (allemand) : Marianne Pohl-Henzen : 026 426 34 15
  • Neuchâtel : Julia Moreno : 032 720 05 61

La Cellule diocésaine Covid

[1] Rapport explicatif concernant l’ordonnance COVID-19 en situation particulière du 23 juin 2021 (RS 810.101.26), modification du 8 septembre 2021

(Version PDF de la communication)

Restrictions liées au certificat Covid

Suite à la conférence de presse du Conseil fédéral d’hier qui annonce l’obligation d’un certificat sanitaire pour un grand nombre d’activités dès le 13 septembre, les services religieux (dont les funérailles) demeurent exemptés de cette obligation jusqu’à 50 personnes.

Dans les faits, la Cellule diocésaine Covid-19 attend des précisions de la Conférence des évêques suisses (CES) quant aux nouvelles directives. Elle est consciente de la difficulté pratique de cette nouvelle norme et vous remercie de votre patience et persévérance dans cette lutte contre le Covid.

A lire : Communiqué conjoint de la CES et de l’Église évangélique réformée de Suisse (EERS)

N’hésitez pas à consulter notre foire aux questions ou à contacter notre cellule diocésaine :

  • Vaud : Michel Racloz : 021 613 23 41
  • Genève : Silvana Bassetti, Mercedes Lopez : 022 319 43 37
  • Fribourg (français) : Véronique Benz, João Carita : 026 426 34 13
  • Fribourg (allemand) : Marianne Pohl-Henzen : 026 426 34 15
  • Neuchâtel : Julia Moreno : 032 720 05 61

La Cellule diocésaine Covid-19

(Version PDF de la communication)

COVID: Rentrée pastorale : quelques rappels

En cette rentrée pastorale, nous tenons à vous rappeler les normes en vigueur dans la lutte contre le Covid-19 et répondons ci-dessous à quelques-unes de vos questions. Au niveau des nouveautés, il est à noter que depuis le 1er septembre dans le canton de Fribourg, comme dans celui de Genève depuis le 23 août, et d’ici au 15 septembre dans celui de Vaud selon la mise en place dans les institutions, tout personnel en lien avec des EMS, hôpitaux etc. aura l’obligation de montrer son certificat COVID 19.[1] Enfin, nous rappelons le message du pape François qui nous enjoint à nous faire vacciner, véritable « acte d’amour ».

 

Voici les quelques questions qui nous sont parvenues :

 

Est-il toujours nécessaire de désinfecter les bancs ?

Oui. « Toutes les surfaces de contact doivent être nettoyées régulièrement. » (Ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre l’épidémie de COVID-19 en situation particulière, annexe 1, 2.2)

(Cf. FAQ « Doit-on désinfecter les bancs ? »)

 

Doit-on également désinfecter les tables, chaises, portes, etc. lors de réunions ?

Oui. (Cf. FAQ « Doit-on désinfecter les bancs ? »)

 

Le port du masque est-il obligatoire même pour les personnes vaccinées ?

Oui. (Cf. FAQ « Y a-t-il des exceptions au port du masque ? »)

 

Le lecteur, prêtre ou diacre doit-il porter un masque ?

Si la célébration se passe à l’extérieur, le port du masque n’est pas requis. Par contre, tant que la célébration se passe à l’intérieur, les personnes citées peuvent enlever leur masque le temps de leur « prestation » en public (lecture, homélie, chant), tout en prévoyant néanmoins des mesures de protection appropriées (par ex : éloigner ou protéger les hosties). La distance est conseillée mais n’est plus obligatoire. (Cf. FAQ « Y a-t-il des exceptions au port du masque ? »)

 

Qu’en est-il du chant ?

Un seul chantre : le chantre enlève son masque durant sa prestation, tout en prévoyant néanmoins des mesures de protection appropriées. La distance est conseillée mais n’est plus obligatoire.

(Cf. FAQ « Y a-t-il des exceptions au port du masque ? »)

Plusieurs chantres ou chorale : le traçage est exigé pour les chorales qui chantent à l’intérieur (cf. art. 20, lettre d). Sur les cantons de Fribourg, Genève et Neuchâtel, les choristes n’ont plus besoin de porter le masque ni de respecter la distance sanitaire de 1,5 m (cf. art. 20 Ordonnance COVID-19 situation particulière du 23.6.2021 et Directives de la CES). Sur le canton de Vaud, le port du masque demeure obligatoire pour les choristes.

(Cf. FAQ « Y a-t-il des exceptions au port du masque ? » et « Qu’en est-il pour les chorales et le chant à l’église? »)

Chant de l’assemblée : il est toujours autorisé avec le port du masque.

(Cf. FAQ « Y a-t-il des exceptions au port du masque ? » et « Qu’en est-il pour les chorales et le chant à l’église? »)

 

Le port du masque est-il requis dans les réunions ?

Il incombe à l’employeur de décider où et quand il est nécessaire de porter un masque sur le lieu de travail.

 

Peut-on redire « le Corps du Christ » à chaque participant-e à la communion ?

Non. Le dialogue « Le Corps du Christ » – « Amen » est prononcé communautairement avant que l’on procède à la distribution de la communion.

(Cf. FAQ « Comment procéder à la communion lors des messes ? »)

 

Peut-on demander le certificat Covid-19 pour accéder aux célébrations publiques ?

Non, pour des raisons de protection des droits fondamentaux, le certificat ne doit pas être exigé pour les manifestations religieuses (dont funérailles, mariages, etc.)

 

Peut-on demander le certificat Covid-19 pour accéder à la célébration liturgique du mariage ?

Non (cf. question précédente). Nous rappelons que durant les mariages, comme durant toute célébration, les participants dans l’église portent un masque.

 

L’accès aux hôpitaux et EMS est-il soumis à un certificat Covid-19 ?

Dans le diocèse, cet accès est actuellement soumis à un certificat Covid-19 dans les cantons de Genève et prochainement Fribourg et Vaud. Nous prions les responsables des services concernés de faire suivre cette communication aux bénévoles.

 

Quid du traçage lors des célébrations et manifestations religieuses ?

Partout dans le diocèse, le traçage n’est plus exigé, sauf pour les chorales qui chantent à l’intérieur (cf. art. 20, lettre d) et sauf pour les événements où la distance requise cesse d’être maintenue durant plus de 15 minutes sans mesures de protection (cf. annexe 1, 1.4).

(Cf. FAQ « Faut-il dresser une liste des participants à toute activité pastorale ou réunion dans le cadre de l’Eglise ? »)

 

Nous vous exprimons notre reconnaissance pour votre engagement afin de maintenir les activités ecclésiales dans le respect des normes sanitaires. Nous vous souhaitons une belle rentrée pastorale.

 

N’hésitez pas à consulter notre foire aux questions ou à contacter notre cellule diocésaine :

  • Vaud : Michel Racloz : 021 613 23 41
  • Genève : Silvana Bassetti, Mercedes Lopez : 022 319 43 37
  • Fribourg (français) : Véronique Benz, João Carita : 026 426 34 13
  • Fribourg (allemand) : Marianne Pohl-Henzen : 026 426 34 15
  • Neuchâtel : Julia Moreno : 032 720 05 61

Fribourg, le 31 août 2021

La Cellule diocésaine Covid-19

 

« Se vacciner est un moyen simple mais profond de promouvoir le bien commun et de prendre soin les uns des autres, notamment des plus vulnérables. Je demande à Dieu que chacun de nous puisse apporter son petit grain de sable, son petit geste d’amour. » Pape François, 18 août (vidéo)

 

[1] Pour les personnes non vaccinées, le certificat COVID peut être obtenu également pour documenter une infection guérie (depuis moins de 6 mois) ou un test négatif établi par un test PCR de moins de 72h – ou alors un test antigénique de moins de 48h (pas d’auto-test possible).

 

(Version PDF du communiqué)