Durant toute la prière eucharistique, il est demandé de recouvrir les hosties, à l’exception de l’hostie que le prêtre tient au moment de la consécration et avec laquelle il sera le seul à communier.

Avant de distribuer la communion, les ministres de l’Eucharistie se désinfectent les mains de manière ostensible afin de rassurer l’assemblée. Le dialogue « Le Corps du Christ » – « Amen » est prononcé communautairement avant que l’on procède à la distribution de la communion. Celle-ci suit les normes d’hygiène prescrites. Des adhésifs signalent sur le sol la distance minimale prescrite.

Il est également proposé que les ministres de l’Eucharistie se déplacent entre les bancs (un banc libre sur deux) pour distribuer la communion sans faire déplacer l’assemblée.

Pour des raisons sanitaires, nous enjoignons vivement les fidèles à privilégier la communion dans les mains et appelons ici à leur compréhension en ce contexte sanitaire délicat. À certains endroits, il a été proposé que les fidèles qui souhaitent impérativement communier sur la langue se procurent une patène individuelle ou custode (leur curé pourra les renseigner facilement) : l’hostie y est déposée par le prêtre, puis la personne amène la patène à sa bouche (l’hostie arrive ainsi sur la langue sans qu’il y ait contact avec ses mains). À d’autres endroits, il a été proposé de se rendre à la sacristie après l’office pour recevoir l’Eucharistie dans la bouche.

Canton de Vaud :

Les fidèles peuvent à nouveau se déplacer pour accueillir la communion. Mais ils doivent continuer à porter le masque à l’intérieur et respecter dans la mesure du possible la distance de 1, 5 m. Les prêtres et auxiliaires de la communion doivent continuer à donner la communion comme ils l’ont jusqu’à maintenant en période de covid (désinfection des mains, masque, pas de parole et distance adéquate).

Canton de Neuchâtel :

La communion sera donnée dans les mains pendant la célébration.